Travaux de la CAN

L‘agglomération du Niortais (CAN) a engagé dès 2005 d’importants travaux de sauvegarde, de restauration et d’aménagement du château du Coudray-Salbart afin de stopper le processus de dégradation, de rendre à l’édifice une certaine cohérence architecturale et en améliorant son accessibilité.

Chronologie des travaux

  • la tour du Portal (2005-2006) -> Dossier Pont Levis
  • la courtine Ouest (2006-2007) -> Dossier Escalier-Poterne
  • la Grosse tour (2008-2009) – Dossier Accès Primitif (a faire) E.Henry
  • la tour de Bois Berthier (2010-2011) -> Dossier Archère-Plateforme
  • la tour du Moulin (2014-2015) -> Dossier Echafaudage-Plateforme
  • la courtine Est « entre Tour Double et Tour St Michel » (2016-2017) -> Dossier Escalier-Creneau

Organisation des travaux

Ainsi lors de chaque phase de travaux, les opérations suivantes sont prise en charge.

  • une dévégétalisation des murs extérieurs.
  • un nettoyage des murs, voûtes et les murs intérieurs.
  • un remplacement des parements en pierre de taille trop altérés et des maçonneries confortées.
  • Des éléments disparus reconstitués (exemple les cheminées des Tour du Portal et Grosse Tour) avec l’aide de l’archéologie du bâti. 

La réalisation de fouilles ou sondage archéologique est mise en oeuvre avant chaque opération, des fouilles archéologiques par les archéologues de l’INRAP.

Amélioration de l’accessibilité

  • Mise en place d’un nouvel escalier en bois pour accéder à la Grosse tour 
  • Une passerelle et un pont-levis à treuil pour la tour du Portal.

Les prochains travaux

Il restent à programmer pour « achever » la réhabilitation de la forteresse :

  • la courtine Sud
  • la tour Saint-Michel
  • la tour Double

Les Limites

Cette réhabitation ne pourra pas se faire sans une programmation archéologique globale. Les travaux actuels de INRAP sur les élévations des murailles du Coudray-Salbart nous montre bien la necessité de poursuivre sur ce chemin, ainsi il nous semble important de ne pas se limiter à ces interventions contraintes et exigées par les travaux, mais de les intégrer à une approche scientifique plus globale. De telles interventions s’avéreraient probablement très utile à l’ACMH dans ses projets de restauration.

Marie Pierre Baudry nous donne le premier axe de recherche transversal pouvant être mise en avant rapidement :

L’étude des accès et des circulations dans le château.

La découverte de la poterne de la courtine Bois-Berthier/ Portal en 2007, et les travaux engagés sur la barbacane en 2008 s’intègrent à ce programme. La fouille de la courtine sud (Moulin / Grosse-Tour) devrait éclairer considérablement le sujet en remettant au jour les premières découvertes faites en 1973 autour de l’existence d’une première rampe d’accès défendue par une tour à archères. Enfin, la compréhension des communications établies entre les niveaux supérieurs des tours et les chemins de ronde relèvent également de cette problématique