Les dossiers de S.A.L.B.A.R.T.

Né de la volonté d’expliquer que chaque intervention humaine sur un bâti correspond a une interprétation de celui-ci. Les dossiers de S.A.L.B.A.R.T. sont en évolution constante, afin d’apporter les éclairages nouveaux au fur et à mesure des découvertes.

Car les interventions peuvent limiter la compréhension de la lecture du bâti, voir provoquer une altération de celle-ci, ou pire faire disparaître des traces archéologiques.

Dans le domaine de l’analyse archéologique du patrimoine bâti la société Archéotech est active depuis 1979.

L’archéologie du bâti est une méthode d’analyse archéologique des monuments qui prend son essor au milieu des années 1980, à l’époque du développement de l’archéologie préventive. En réaction contre une archéologie limitée à la stylistique, elle cherche à documenter toutes les phases d’un édifice. Cette méthode d’analyse est archéologique en ce qu’elle ne diffère pas fondamentalement des méthodes de la fouille classique. L’archéologie du bâti a connu un essor certain depuis les années 1990.

La variété des interventions sur le Coudray-Salbart vont du simple constat archéologique d’urgence dans le cadre de travaux d’aménagement à l’étude globale d’une tour ou courtine de longue durée, avec analyses, fouilles, mise en place d’un système informatique de gestion des données et classement des archives.

Mais avant la mise la systématisation du système documentaire, comment était qu’en est il des données récoltés ? Marie Pierre Baudry dresse dans une de ses publications le triste constat d’un état « xxxxx » des archives.

Malgré la meilleure volonté du monde, les modifications d’éléments changent et limitent la compréhension architecturale. Pour chaque grandes tranches de travaux, si cela est le cas les dossiers de S.A.L.B.A.R.T documente le cas.